Mars Bleu : votre colon est-il en bonne santé ?

Mars Bleu : votre colon est-il en bonne santé ?

1 mois dans l’année pour y penser et agir : le mois de mars.

Mars Bleu est une campagne d’information pour sensibiliser aux risques du cancer colorectal, lancée il y a maintenant plusieurs années par l’Institut national du cancer, le Ministère en charge de la santé et les régimes d’assurance maladie.
 

Pourquoi cette campagne est-elle importante ?

Le cancer colorectal aujourd’hui c’est, en France :* 

  • le 3e cancer le plus fréquent
  • le 2e cancer le plus mortel (après le cancer des poumons)
  • plus de 43 000 nouveaux cas chaque année qui tuent près de 18 000 personnes  (près de 4 fois plus que les accidents de la route).

alors que, dépisté à temps, on en guérit à 90 % !

Voilà le maître mot : DEPISTAGE !

* source : Ligue contre le cancer – Mars Bleu

Qui est concerné par le cancer colorectal ; qui doit se faire dépister ?

Est concerné par le cancer colorectal 1 personne sur 30 en France. Nous pouvons donc tous être concernés.

Le cancer colorectal arrive au 2e rang des cancers chez la femme et au 3e rang chez l’homme.

Aussi, que l’on soit un homme ou une femme, il est important de se faire dépister entre 50 et 74 ans, tous les 2 ans. Il s’agit d’un dépistage gratuit.

Mais au fait qu’est-ce que le cancer colorectal ?

A l’origine, dans la plupart des cancers colorectaux, on trouve un polype (une excroissance bénigne de la muqueuse) qui, dans 2 % des cas, évoluera en tumeur maligne dans les 5 à 10 ans. D’où l’importance de le détecter à temps.

Plusieurs facteurs de risque favorisent la survenue d’un cancer colorectal :

  • une alimentation riche en viande rouge, en charcuterie et en boissons alcoolisées ;
  • le surpoids et l’obésité ;
  • des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (maladie de Crohn, colite ulcéreuse) ;
  • d’antécédents d’autres cancers ;
  • avoir un caractère héréditaire (environ 5 % des cancers colorectaux.

À l’inverse, il est reconnu qu’une activité physique régulière, tout comme une alimentation riche en fruits et en légumes verts permettent de diminuer le risque de cancer colorectal.

Les symptômes généralement observés sont :

  • fortes douleurs abdominales, sous forme de crises aiguës ;
  • fièvre persistante ;
  • constipation, diarrhée, voire des deux en alternance ;
  • occlusion intestinale ou encore altération de l’état général pour les stades avancés de la maladie.
  • bruits abdominaux anormaux ;
  • saignements ;
  • anémie  ;
  • perte de poids .

Comment se passe un dépistage ?

Il peut arriver qu’un cancer colorectal ne provoque aucun des symptômes cités ci-dessus, et ce pendant très longtemps, jusqu’à ce que la maladie soit à un stade avancé. Voilà pourquoi un dépistage précoce et régulier tous les 2 ans est important.

Il s’effectue grâce à un test rapide et efficace à faire chez soi. Le test permet de détecter un cancer à un stade précoce et d’augmenter les chances de guérison. Grâce à ce dépistage, on peut aussi repérer un polype avant qu’il n’évolue en cancer.

Vous avez entre 50 et 74 ans :

  • vous recevez, tous les 2 ans, une invitation de votre organisme social (CNAM, MSA …) ;
  • vous présentez la lettre à votre médecin traitant lors d’une consultation qui vérifie vos antécédents personnels ou familiaux ;
  • le médecin vous remet un kit test ou vous oriente vers un gastroentérologue ;
  • après avoir réalisé le test chez vous, vous renvoyer le test et la fiche d’indentification remplie grâce à l’enveloppe pré-timbrée présente dans le kit ;
  • vous postez l’enveloppe dans les 24h qui suivent et vous recevrez les résultats sous les 15 jours qui suivent.

Et après avoir été dépisté, qu’est-ce qui va se passer ?

Après réception des résultats, si les résultats sont négatifs, tout va bien. Un dépistage tous les 2 ans reste nécessaire.

Si les résultats sont positifs, votre médecin traitant vous adressera vers un gastroentérologue qui vous prescrira une coloscopie. Près de 50 % de personnes dont le test est positif, ne présentent aucune lésion. Un cancer est diagnostiqué dans seulement 8 à 10 % des cas.

En conclusion, la peur n’évite pas le danger !

Alors, vous avez entre 50 et 74 ans, et même si vous n’avez pas de symptôme particulier, faites-vous dépister !
C’est dans l’air du temps (COVID-19), on a pris l’habitude des tests de dépistage, alors pourquoi pas un dépistage du cancer colorectal que l’on peut faire tranquillement à la maison ?
N’oubliez pas : un dépistage précoce c’est une vie sauvée, des traitements peut-être moins invasifs, ou être tout simplement rassuré.