Qu’est-ce que l'endométriose ? Quelles répercussions sur le système digestif ?

Qu'est-ce que l'endométriose ?

Qu'est-ce que l'endométriose et quelles sont ses répercussions sur le système digestif ?

L’endométriose est une maladie qui touche les femmes et exclusivement les femmes car il s’agit de la migration des tissus de la muqueuse de l’utérus (l’endomètre) vers la cavité abdomino-pelvienne où elles vont se développer. 
 

Ces tissus de l’endomètre, quelle que soit leur localisation, réagissent aux fluctuations hormonales du cycle menstruel. Ainsi, ils se forment et saignent chaque mois.

Cependant, lorsque ce tissu se situe à l’extérieur de l’utérus, comme c’est le cas chez les femmes atteintes d’endométriose, les saignements n’ont aucune issue vers l’extérieur du corps. Le sang et les cellules endométriales qui se détachent peuvent irriter les organes avoisinants et le péritoine (la membrane qui renferme les organes de l’abdomen). Cela peut aussi entraîner la formation de kystes (de la taille d’une épingle à celle d’un pamplemousse), de tissu cicatriciel, ainsi que des adhérences qui relient les organes entre eux et causent des douleurs chroniques.

Sont concernées 5 à 20 % des jeunes femmes (18-35 ans), souvent avec des antécédents familiaux pré-existants. 

Est-ce maladie grave ?

L’endométriose est-elle une maladie grave ?

L’endométriose se traite. A ce titre ce n’est pas une maladie grave, cependant elle représente la première cause d’infertilité chez la femme. Néanmoins, toutes les formes ne sont pas identiques et certaines femmes auront une forme moins agressive que d’autres et pourront avoir des enfants.

Le diagnostic est souvent difficile à poser, la douleur intervenant souvent au moment du cycle menstruel, voire certaines femmes ne ressentant aucune douleur.

Quels organes peuvent être impactés ?

Quels sont les organes pouvant être impactés ?

Les tissus d’endomètre peuvent se former :
            -sur les ovaires
            -sur les trompes de Fallope
            -sur les ligaments soutenant l’utérus
            -sur la surface externe de l’utérus
mais aussi sur :
            -les intestins
            -la vessie
            -les reins

Compte-tenu des organes impactés et des douleurs pouvant survenir de façon chronique, ces symptômes ont un impact majeur sur la qualité de vie des personnes atteintes avec un retentissement important sur leur vie personnelle et conjugale mais également professionnelle et sociale.

Quels sont les symptômes ?

Quels sont les symptômes de l’endométriose ?

Ils vont dépendre de la forme avancée ou non de la maladie et de sa gravité. Mais de façon générale, les patientes décrivent :

  1. des douleurs dans le bas-ventre qui peuvent irradier jusque dans le bas du dos. Cette douleur est progressive et peut différer d’un côté ou de l’autre. Elles peuvent se confondre avec les crampes menstruelles ;
  2.  durant les menstruations, ces douleurs peuvent s’accentuer au moment d’uriner ou lorsque les intestins sont perturbés (diarrhée, constipation). Il en est de même au moment des rapports sexuels ou au moment de l’ovulation.

A noter : l’intensité de la douleur ne permet pas de juger de l’étendue ou de la gravité de la maladie. La gravité des symptômes dépend davantage des endroits où les lésions d’endométriose sont situées, ainsi que de leur taille.

Autres symptômes : fatigue, irritabilité voire dépression (en raison de la chronicité des douleurs) ; pertes brunâtres prémenstruelles ou taches ; sang dans les urines ; sang dans les selles ou saignement rectal durant les règles.

Il est important de consulter un médecin rapidement lorsque des symptômes d’endométriose se manifestent, car plus la maladie est diagnostiquée tôt, mieux elle est traitée. Cela décroît aussi les risques d’infertilité. A noter que les symptômes mentionnés ci-dessus peuvent trahir un autre trouble du système reproducteur, la présence de kystes ovariens, par exemple. Une échographie pelvienne permettra de les détecter rapidement.

Définitions de la HAS et du CNGOF

Endométriose et troubles digestifs

Endométriose et troubles digestifs

On parle d’endométriose digestive quand l’endométriose se développe sur les intestins, le colon, le rectum.


Les troubles digestifs sont le plus souvent :

  • diarrhée et constipation, souvent en alternance, qui seront aggravées au moment des règles
  • douleurs à l'émission des selles
  • rectorragies (présence de sang dans les selles)
  • phénomènes d’occlusion (ballonnements abdominaux, arrêt des selles et des gaz)

Ces symptômes sont révélatoires d'une endométriose digestive. Cependant, ils peuvent seulement être le résultat d'une inflammation d'une endométriose superficielle localisée à proximité du rectum.

De nombreuses patientes ayant une endométriose ont également des symptômes digestifs dus à l’existence pré-existante d’une maladie digestive fonctionnelle (comme le côlon irritable) ou une inflammation (maladie de Crohn, Rectocolite hémorragique), dont les symptômes sont similaires à ceux de l’endométriose (jusqu’à 50-60% selon certains auteurs). Le diagnostic est dans ce cas très complexe.

Les lésions d’endométriose peuvent finir par infiltrer les tissus et traverser les parois intestinales. Elles peuvent ainsi causer des occlusions intestinales. Le traitement est alors complexe et souvent chirurgical pour aider au rétablissement fonctionnel des organes. Quand la chirurgie est décidée, elle doit être menée par des experts travaillant avec des équipes pluridisciplinaires (gastro-entérologue, chirurgien digestif, chirurgien gynécologue) connaissant la  maladie.

Cette forme d’endométriose impacte fortement la qualité de vie des femmes atteintes.

Les complications possibles de la chirurgie (mise en place de stomie dérivative pour permettre la cicatrisation, risques de fistules, …) doivent être discutées en amont avec le chirurgien.

A noter : l'Institut Franco-Européen de l'endométriose