Mars Bleu, le mois dédié au cancer colorectal   

Mars Bleu, le mois dédié au cancer colorectal

Référence Santé soutient le mouvement Mars bleu, qui est le mois dédié au dépistage du cancer colorectal.

Chaque année, cela se caractérise par des sensibilisations au dépistage des cancers colorectaux qui consiste en un test immunologique indolore de bonne fiabilité qui permet de détecter le cancer même dans les stades précoces.

Le cancer colorectal est le 2e cancer le plus meurtrier en France avec 17 117 décès et le 3e cancer le plus fréquent en France avec 43 336 cas(1). Cependant lorsqu’il est détecté tôt, la guérison s’effectue dans 94% des cas. (2)

D’où l’importance du dépistage tôt et régulier, même sans le moindre symptôme pour les personnes à partir de 50 ans.

Tableau représentant le taux de survie à 5 ans du cancer colorectal selon les différents stades : (2)

Stade 1 Stade 2 Stade 3 Stade 4
Tumeur a envahi les couches superficielles de la muqueuse colique ou rectale La tumeur a traversé la paroi intestinale Atteinte des ganglions proche de la région colorectal Cancers métastasiques avec envahissement d’autres organes
~94% de survie ~80% de survie ~47% de survie ~5% de survie

Plus concrètement ce cancer se caractérise par le développement de cellules qui recouvrent la paroi interne du colon ou du rectum. A la base ce sont des tumeurs bénignes que l’on appelle polype adénomateux et qui évoluent en tumeur maligne cancéreuse. Ce cancer en se développant, peut par la suite atteindre d’autres organes. Lors de cette évolution on peut distinguer plusieurs phases : Au départ il s’agit donc d’une cellule qui a évolué en tumeur de petite taille sans atteindre la muqueuse. Ensuite cette petite tumeur envahie les couches superficielles de la muqueuse colique ou rectale sans atteindre les tissus avoisinants, c’est ce que l’on appelle la phase 1. (2)

La phase 2 est atteinte lorsque la tumeur a traversé la paroi intestinale et envahi les organes voisins sans atteinte des ganglions lymphatiques ; lorsque ce dernier se produit on arrive à la phase 3. Et enfin le stade 4 est le cancer métastasique, cela signifie que des métastases ont envahi d’autres organes comme les poumons, le fois… (2)

La description de ces phases permet de mieux comprendre la nécessité de détecter le cancer tôt pour pouvoir mieux le soigner et augmenter ses chances de guéris

Comme énoncé précédemment l’âge est un facteur de risque moyen à partir du moment où une personne atteint l’âge de 50ans, c’est la raison pour laquelle la prévention et le dépistage commencent à ce stade. (2)

En outre l’âge, d’autres facteurs de risques sont à prendre en compte.

Les personnes qui ont des antécédents familiaux de cancer colorectal, des antécédents personnels de recto colique ou une maladie inflammatoire chronique (MICI) étendue évoluant depuis plus de 10 ans, sont des personnes ayant un risque élevé de contracter un cancer colorectal. (2)

Ce risque atteint son optimum lorsque la personne est atteinte de Polypose adénomateuse familiale (PAF) ou d’un cancer colorectal héréditaire non polyposique (HNPCC ou syndrome de Lynch)(2)

L’hygiène de vie joue également un rôle dans le risque de contracter un cancer colorectal, parmi ces facteurs de risques on peut notamment noter le fait de manger trop de viande rouge, boire de l’alcool en trop grosse quantité, fumer, ne pas avoir d’activité physique et être en surpoids. (2), (3)

En France, depuis 2009 la campagne de dépistage du cancer colorectal s’adresse aux hommes et aux femmes âgés de 50 à 74 ans qui reçoivent une invitation CRCDC (Centre de coordination des dépistages des cancers) qu’ils doivent ensuite présenter à leurs médecins lors d’une consultation et qui décidera ou non de la nécessité du test. (5)

Taux standardisés de personnes ayant un test immunologique positif lors du dépistage du cancer colorectal par département sur la période 2018-2019 : (4)

Cependant la mortalité diminue depuis 1980. Cette diminution est provoquée en partie par l’accès au dépistage et à la résection des lésions précancéreuses. Ce dernier consiste en l’ablation du polype cancéreux par endoscopie lorsque le cancer est au stade 0. (4)

Même si le plus important reste le dépistage qui permet de détecter le cancer lorsqu’il n’y a pas encore de symptômes, il existe des symptômes qui peuvent vous alarmer. Dans un premier temps peut noter des constipations suivies de diarrhée, mais également du sang dans les selles et une anémie inexpliquée accompagné d’une perte de poids et de fatigue. (2)

Le dépistage est simple, gratuit, et rapide, donc faites-vous dépister !

Si vous souhaitez plus d’informations concernant le dépistage ou mars bleu et ses évènements, vous pouvez vous rendre sur le site de La Ligue contre le cancer

 

(1) Institut National du Cancer (2021) Le cancer colorectal 

(2) Haute Autorité de santé (2013) Depistage et prévention du cancer colorectal, Actualisation du référentiel de pratiques de l'examen périodique de santé (EPS)

(3) Prevention Cancer Environnement (2021) Cancer colorectal

(4) Santé publique France (2020) Taux de participation au programme de dépistage organisé du cancer colorectal 2018-2019

(5) Dépistage des cancers - Le dépistage en pratique

Infographie Mars Bleu

Description Document Lien
Infographie Mars Bleu
pdf (239.5 KB)

Dernières actualités